J.S. BACH : MOTETS ET CANTATES

A côté de ses pages les plus célèbres et les plus étoffées comme les Passions ou le Magnificat, l'œuvre chorale religieuse de J.S. Bach comprend essentiellement des œuvres plus courtes : motets ou cantates.

Des motets, l'on n'en a retrouvé que six.

Les cantates se sont révélées nettement plus nombreuses, ce qui est assez normal quand on sait que Bach devait normalement en fournir une pour chaque dimanche !

Parmi les œuvres de Bach, que nous avons inscrites à notre répertoire figurent le motet No 6 BWV 230 Lobet den Herrn alle Heiden et la cantate BWV 21 Ich hatte viel Bekümmernis.

Jean Sébastien BACH : MOTET No 6 BWV 230

Le Motet Lobet den Herrn alle Heiden BWV 230 est, en apparence, assez différent des cinq autres Grands Motets que les musicologues attribuent de façon quasi certaine au Cantor de Leipzig : ceux-ci sont d'une structure assez complexe ; faisant appel le plus souvent à un double chœur accompagné d'instruments, ils seraient en fait des œuvres écrites sur commande pour, le plus souvent, célébrer la mémoire de personnalités locales à l'occasion de leurs funérailles. Alors que le Motet No6 est écrit pour un simple chœur à quatre voix : s'il est parfois décrit comme une œuvre à cinq voix, c'est qu'un orgue « obligé » (parfois soutenu sinon remplacé par un petit ensemble d'instruments à cordes) l'accompagne !

Il n'a d'autre part aucun caractère funèbre puisqu'il correspond à cet hymne de louange qu'est le psaume 117 :

Lobet den Hernn, alle Heiden, und preiset ihn, alle Völker !  
Denn seine Gnade und Wahrheit waltet über uns in Ewigkeit. Alleluja.   
Louez le Seigneur, toutes les nations, glorifiez le, tous les peuples !
Car Il règne sur nous plein de grâce et de vérité pour l'Eternité. Alléluia.

Ces différences de style, le fait que la seule partition disponible de l'œuvre ait été largement postérieure à Bach (le motet faisant sa première apparition en1821 dans une édition imprimée censée se baser sur une partition de Bach ... dont on n'a plus retrouvé trace), ont parfois fait douter que l'œuvre ait réellement été composée par Bach.

Pour d'autres musicologues, dont Philippe Herreweghe, l'explication serait bien différente :

''Lobet den Herrn alle Heiden'' faisait partie d'une cantate de J.S.Bach, plus précoce et aujourd'hui perdue.

Ce motet fait donc bien partie de cet ensemble d'œuvres, parmi les plus abouties, qui « constituent un sommet absolu de la polyphonie occidentale ... » !

CANTATE BWV 21 pour le 3ème Dimanche après la Trinité :

La Cantate BWV 21 Ich hatte viel Bekümmernis, comme beaucoup d'autres cantates de Bach, a connu, tout au long de sa carrière, un certain nombre de versions différentes : le matériau de base, aujourd'hui disparu, aurait été une œuvre de « démonstration » que Bach aurait composée lorsqu'il postula en 1713 au poste d'organiste de la Liebfraukirche à Halle.
Le texte de la Cantate, probablement dû au poète piétiste Salomon Franck, s'inspirait de versets des Psaumes, de l'Epître et de l'Evangile du 3ème Dimanche après la Trinité de la liturgie luthérienne. Il est construit sur le thème des inquiétudes et des souffrances de l'âme finalement consolée par Jésus ; au centre de l'œuvre, en début de deuxième partie, un duo entre l'Ame et son Sauveur chanté par deux solistes (soprane ou ténor pour l'Ame, basse pour Jésus). Celui-ci est précédé et suivi de récitatifs et d'airs sur les vers de S. Franck et de passages de l'Ecriture chantés, de façon alternée, par le chœur et les solistes.

On a encore aujourd'hui des traces de trois versions différentes de la Cantate BWV 21 :

- la première a été donnée en 1714 lorsque Bach était devenu Konzertmeister du duc de Weimar ; elle est en do mineur et le rôle de l'Ame chanté par une soprane.
- la deuxième, en ré mineur, donnée vers 1720, à Hambourg lorsque Bach passe au service du prince Léopold d'Anhalt-Köthen ; le rôle de l'Ame est alors chanté par un ténor.
- lors de la troisième, en do mineur, donnée en 1723, Bach est Cantor à Leipzig ; le rôle de l'Ame est chanté par une soprane.

C'est cette dernière version, qui est, à la fois, la plus aboutie et la plus proche de la version d'origine, que nous avons choisie d'interpréter. Elle est pour trois solistes principaux (soprano, ténor et basse, auxquels se joint dans certains ensembles une voix d'alto), chœur et orchestre : on remarquera dans l'utilisation de celui-ci, le rôle vedette joué par le hautbois dans la sinfonia instrumentale d'introduction et le caractère particulièrement brillant donné par les trois trompettes et les timbales à l'hymne final.

L'ensemble, selon le musicologue Nicholas Anderson, est caractérisé par l'« organisation magistrale des idées musicales par laquelle Bach atteint une puissante cohésion affective et une intensité dramatique » qui font que « profonde et superbement construite, la cantate ''Ich hatte viel Bekümmernis '' BWV21 est classée à juste titre parmi les plus belles œuvres de Bach » !

Cantate BWV 21 Ich hatte viel Bekümmernis

1 Sinfonia

2 Choeur

Ich hatte viel Bekümmernis in meinem Herzen;
aber deine Tröstungen erquicken meine Seele.
J'avais le coeur lourd d'affliction;
mais tes consolations rassérènent mon âme.

3 Air (Soprane)

Seufzer, Tränen, Kummer, Not,
Ängstlich Sehnen, Furcht und Tod
Nagen mein beklemmtes Herz,
Ich empfinde Jammer, Schmerz.

Soupirs, larmes, chagrin, détresse,
Attente anxieuse, crainte et mort
Rongent mon coeur angoissé,
Je ressens peine et douleur.


 


4 Récitatif (Ténor)

Wie hast du dich, mein Gott,
In meiner Not,
In meiner Furcht und Zagen
Denn ganz von mir gewandt ?
Ach ! kennst du nicht dein Kind ?
Ach ! hörst du nicht das Klagen
Von denen , die dir sind
Mit Bund und Treu verwandt ?
Du warest meine Lust
Und bist mir grausam worden ;
Ich suche dich in allen Orten,
Ich ruf und schrei dir nach,
Allein mein Weh und Ach !
Scheint jetzt, als sei es dir ganz unbewusst.

Comment as-tu pu, mon Dieu,
Dans ma détresse,
Dans ma crainte et mon découragement
Te détourner ainsi entièrement de moi ?
Hélas ! Ne reconnais-tu pas ton enfant?
Hélas ! N'entends-tu pas la plainte
De ceux qui te sont attachés
Par l'Alliance et par la Fidelité?
Tu étais ma joie
Et tu m'es devenu cruel ;
Je te cherche en tous lieux,
Je t'appelle et crie vers toi,
Tout à ma plainte et à ma lamentation!
Mais tu sembles totalement les ignorer.

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

5 Air (Ténor)

Bäche von gesalznen Zähren,
Fluten rauschen stets einher.
Sturm und Wellen mich versehren,
Und dies trübsalsvolle Meer
Will mir Geist und Leben schwächen,
Mast und Anker wollen brechen !
Hier versink ich in den Grund,
Dort seh ich der Hölle Schlund.

Des ruisseaux de larmes amères
S'écoulent en un murmure sans fin.
La tempête et les vagues me submergent,
Et cette mer pleine de tourments
Veut affaiblir mon esprit et ma vie,
Mât et ancre vont se briser!
Et je sombre dans l'abîme,
D'où j'aperçois le gouffre de l'enfer.


 
 
 

 

 

6 Chœur

Was betrübst du dich, meine Seele, und bist so unruhig in mir?

Harre auf Gott; denn ich werde  ihm noch danken, daB er meines Angesichtes Hilfe und mein Gott ist.

Pourquoi t'affliger, mon âme, et t'agiter ainsi en moi?

Espère en Dieu; car je lui rendrai grâce encore,à lui qui est mon secours, mon sauveur, et mon Dieu.

 7 Récitatif (dialogue entre l'Ame - Soprane - et Jésus - Basse)

S Ach Jesu, meine Ruh, mein Licht wo bleibest du ? Hélas, Jésus, mon repos et ma lumière, où es-tu ?
B O Seele sieh ! Ich bin bei dir. O, Ame, vois ! Je suis près de toi.
S Bei mir ? Hier ist ja lauter Nacht. Près de moi? Il n'y a ici que nuit noire.
B Ich bin dein treuer Freund, der auch im Dunkeln,wacht, wo lauter Schalken sind. Je suis ton ami fidèle, qui veille aussi dans les ténèbres, là où rôdent les forces du mal.
S Brich doch mit deinem Glanz und Licht des Trostes ein. Surgis donc dans l'éclat et la lumière de ton réconfort.
B Die Stunde kommet schon, da deines Kampfes Kron dir wird ein süBes Labsal sein. L'heure approche où vainqueur de ton combat, tu seras pleinement récompensé.

8 Air (duo entre l'Ame - Soprane - et Jésus - Basse)

S Komm, mein Jesu, und erquicke Viens, mon Jésus, me réconforter
B Ja, ich komme und erquicke Oui, je viens te réconforter
S Und erfreu mit deinem Blicke, Et réjouis moi de ton regard,
B Dich mit meinem Gnadenblicke, De mon regard clément,
S Diese Seele, Cette Ame,
B Deine Seele, Ton Ame,
S Die soll sterben Qui doit mourir
B Die soll leben Qui doit vivre
S Und nicht leben Et non vivre
B Und nicht sterben Et non mourir
S Und in ihrer Unglückshöhle Et dans l'abîme de son malheur
B Hier aus dieser wunden Höhle Là, du fond de ces blessures ouvertes
S Ganz verderben. Totalement se corrompre.
B Sollst du erben Heil Tu recevras le salut
S Ich muB stets in Kummer schweben, Je dois pour toujours rester plongé dans la peine,
B Durch diesen Saft der Reben. Grâce à ce jus de la vigne.
S Ja, ach ja, ich bin verloren! Oui, oh oui, je suis perdu!
B Nein, ach nein, du bist erkoren! Non, mais non, tu es sauvé!
S Nein, ach nein, du hassest mich! Non, mais non, tu me détestes!
B Ja, ach ja, ich liebe dich! Oui, oh oui, je t'aime!
S Ach, Jesu, durchsüBe mir Seele und Herze! Ah, Jésus, adoucis mon Ame et mon cœur!
B Entweichet, ihr Sorgen ,verschwinde, du Schmerze! Dispersez vous, soucis, disparaissez, douleurs!
S Komm, mein Jesu, und erquicke mich Viens, mon Jésus, me réconforter
B Ja, ich komme und erquicke dich Oui, je viens te réconforter
S Mit deinem Gnadenblicke ! Par ton regard plein de grâce !
B Mit meinem Gnadenblicke! Par mon regard plein de grâce!

9 Solistes et Choeur

Sei nun wieder zufrieden, meine Seele,
denn der Herr tut dir Guts.
Réjouis-toi, à nouveau, ô mon Ame,
car le Seigneur t'accorde ses bienfaits.
Was helfen uns die schweren Sorgen,
Was hilft uns unser Weh und Ach?
Was hilft es, daB wir alle Morgen
Beseufzen unser Ungemach?
Wir machen unser Kreuz und Leid
Nur gröBer durch die Traurigkeit.
A quoi nous servent les lourds soucis,
A quoi nous servent notre douleur et nos plaintes?
A quoi sert, tous les matins,
De nous lamenter sur nos manquements?
Nous ne faisons qu'alourdir notre croix et notre peine
En nous abandonnant à la tristesse.
Denk nicht in deiner Drangsalshitze,
DaB du von Gott verlassen seist,
Und daB der Gott im SchoBe sitze,
Der sich mit stetem Glücke speist.
Die Folgezeit verändert viel
Und setzet jeglichem sein Ziel.
Ne penses pas, si oppressé que tu sois,
Que tu sois abandonné de Dieu,
Et que Dieu ne garde en son sein
Que celui qui se nourrit d'une constante félicité.
Les temps à venir changeront bien des choses
Et fixeront à chacun son destin.

10 Air (Ténor)

Erfreue dich, Seele, erfreue dich, Herze,
Entweiche nun, Kummer, verschwinde, du Schmerze
Verwandle dich, Weinen, in lauteren Wein,
Es wird nun mein Ächzen ein Jauchzen nur sein
Es brennet und flammet die reineste Kerze
Der Liebe, des Trostes in Seele und Brust,
Weil Jesus mich tröstet mit himmlischer Lust.

11 Choeur

Das Lamm, das erwürget ist, ist würdig zu nehmen
Kraft, und Reichtum und Weisheit und Stärke
Und Ehre und Preis und Lob.
Lob und Ehre und Preis und Gewalt sei unserm
Gott von Ewigkeit zu Ewigkeit. Amen, Alleluja!
L'Agneau, qui a été immolé, est digne de recevoir
Force et richesse et sagesse et pouvoir
Et honneur et gloire et louange.
Louange, honneur, gloire et puissance à notre Dieu
Pour les siècles des siècles. Amen, Alléluia!